Dans le cadre du Workshop à venir avec l’artiste Pascale Rémita, les 16, 17 et 18 janvier 2019, une visio-conférence est organisée le lundi 17 décembre 2018 : pour un premier échange avec l’artiste.

 

REMITA_PLASMA
Pascale Rémita, Plasma, 2009, huile sur toile, 46×61 cm, Collection FRAC Poitou-Charentes

Prochainement, les élèves de Terminale option de spécialité arts plastiques vont participer à un workshop avec l’artiste Pascale Rémita les 16, 17, 18 janvier. Une exposition, intitulée « Déjà vu, Pascale Rémita »réunira des oeuvres de l’artiste appartenant à la collection du FRAC Poitou-charentes ainsi qu’un prêt personnel de l’artiste. La restitution de l’atelier de pratique artistique sera également montrée jusqu’au 31 janvier.

Parallèlement au Whorkshop, les élèves de première option de spécialité Arts plastiques accompagné de leurs professeurs de Lettres et d’Anglais, élaborons quant à eux un dossier d’accompagnement de l’exposition avec le regard expert de Stephane Marchais, chargé des publics au FRAC.

Un premier temps de rencontre et d’échange est organisé avec l’artiste via une visio le lundi 17 décembre à 17H.

na_2426133_1_px_470_

A propos du travail de l’artiste : 

« Pascale Rémita travaille sur les notions de perception du réel dans une exploration sensible des phénomènes, le rapport de l’individu au paysage, au territoire. Elle reste fidèle à cette idée d’une mise à plat du monde par la peinture, en apportant un soin particulier aux traitement des images qu’elle collecte sur internet ou capte lors de ses voyages. Sur le mode de l’atlas improvisé, elle montre leur trajectoire nomade. Parce que la peinture et la vidéo développent des stratégies de la représentation, elle en révèle des voisinages au jeu de l’un dans l’autre. Par porosités et perméabilités, une des particularités de la pratique de l’artiste réside dans la façon dont celle-ci remet en jeu nos habitudes de perception de l’image peinte ou filmée. En aménageant un jeu de correspondances sensitives à travers le storyboard imagé ou elliptique de ses pièces, elle rend compte d’une conscience éclatée et fragmentaire des phénomènes ».